Petits animaux de compagnie

Section consacrée aux soins nécessaires pour les furets, les dégus, les chinchillas, les hérissons et tous ces nouveaux animaux de compagnie que l'on rencontre maintenant de plus en plus

Le FURET

Présentation de l'espèce

A. Le furet dans la société

Le furet est un carnivore strict de la famille des mustélidés. Il est probablement un descendant du putois européen, qui a été domestiqué il y a plus de 2000 ans. Au travers des époques, on croit qu'il fût d'abord utilisé comme chasseur de vermine dans les terriers, puis pour la chasse au lapin et pour le contrôle de la vermine dans les navires. Il fût aussi utilisé pour sa fourrure en Europe du Nord, et pour la recherche biomédicale (vers la fin des années 60), notamment avec le virus influenza et avec la bactérie Helicobacter, responsable de certains ulcères d'estomac.

Le furet est devenu un animal de compagnie au début des années 70 en Amérique du Nord. Il est cependant un animal de compagnie controversé pour plusieurs raisons :

  1. Il n'y a pas de consensus à savoir s'il s'agit d'un animal domestique ou sauvage (interdit dans plusieurs états aux États-Unis (Ca, Nh, Cs, Ga, Hw, District de Columbia) et certaines villes comme New York et London en Ontario.
  2. C'est un prédateur potentiel s'il s'échappe
  3. Risque élevé pour les enfants et d'autres animaux (oiseaux, lapins, rongeurs)

            Strictement déconseillée quand on a des enfants de moins de 6 ans
            Surveillance constante obligatoire des interactions avec les enfants
            Chaque année, des dizaines d'attaques non provoquées sont répertoriées

En Amérique du Nord, les furets proviennent normalement de fermes d'élevage et sont déjà vaccinés, stérilisés avec les sacs anaux enlevés. Ils sont habituellement vendus entre 2 et 3 mois d'âge (il est important de les acheter avant l'âge de 4 mois). Le prix varie, mais tourne autour de 200$. L'ensemble de départ représente un investissement d'environ 400 à 500$.

B. Caractéristiques physiologiques

Couleurs :
Furet couleur putois

Il existe une multitude de couleurs. La plus fréquente est le type putois (marron et crème avec pattes et masque noirs). On peut retrouver des furets argentés, crème, chocolat, albinos. Les furets angoras sont généralement plus gros, plus actifs et mordeurs.

Poids :

 Femelle - 500 à 800 grammes, Mâle - 800 à 2000 grammes 

Odeur :

Il y a deux provenances principales à l'odeur du furet : les glandes anales et les glandes sébacées. Les glandes anales sont généralement enlevées chez les furets d'Amérique du Nord. Cela dit, elles ne sont pas les grandes responsables de l'odeur du furet puisque celui-ci ne les vide qu'en cas de stress ou de douleur. Les glandes sébacées sont à l'origine de l'odeur du furet et elles ne peuvent être enlevées.

Digestion :

La digestion du furet est très rapide (3 à 4 heures). C'est une information très importante, car cela signifie que le furet ne peut pas tenir longtemps sans nourriture. De plus, cela signifie qu'il ne peut pas se retenir très longtemps de déféquer.

Changements saisonniers :

Les furets muent au printemps et à l'automne. Le toilettage est donc encore plus important lors de ces périodes. Pendant la saison froide, il n'est pas rare que le jeune animal pèse 30% de plus que lors de la saison chaude.

Rythme circadien :

Le furet n'est pas un animal nocturne, ni vraiment diurne. Il s'adapte bien au rythme de la vie de son propriétaire et dort beaucoup dans sa cage, devenant très actif lors de ses sorties en liberté. Il a besoin de 4 heures d'activité par jour.

Comportement face aux autres animaux :

Le furet reste un prédateur. Il ne faut jamais le laisser avec de petits mammifères ou des oiseaux, de même qu'avec des bébés humains. Il est fortement déconseillé de le laisser avec de jeunes enfants également. Il peut avoir de bonnes relations avec le chat et avec quelques chiens (faire attention aux terriers et aux chiens de chasse qui pourraient le prendre pour une proie intéressante).

Données physiologiques utiles :

Température rectale - 37.8 à 40 Celsius
Fréquence cardiaque - 180 à 250 battements par minutes
Fréquence respiratoire - 33-36 respirations par minutes
Espérance de vie d'environ 5 à 7 ans.

C. Hébergement et entretien

La cage : l'environnement de base du furet

Le furet a besoin d'un environnement adapté : tout manquement aux principes de base peut amener un problème de santé chez ce petit animal. Une cage à lapin ou plus grosse peut bien convenir. Par contre, nous recommandons un condo à chaton, qui offre plusieurs étages et donc une grande possibilité d'aménagement.

Les furets ont peu de glandes sudoripares, ils sont donc sensibles au coup de chaleur. Il est donc important de les garder dans une pièce dont la température n'excède pas 24 degrés Celsius, bien aérée.

Revêtement de la cage :

La cage devrait être faite de barreaux de métal. Les vivariums et aquariums sont à proscrire, car la ventilation n'y est pas adéquate. Si les barreaux sont recouverts d'une gaine plastifiée, il faut s'assurer que le furet ne grignote pas celle-ci. Le fond devrait être plein, de préférence fait d'un matériel facile à laver comme le plastique. Le métal est aussi un bon choix, mais il peut finir par rouiller. Le bois est à éviter : il garde les odeurs et se désinfecte mal. Si la cage est faite de grillage, celui-ci devrait être recouvert pour éviter que le furet ne se coince dans les interstices. On peut utiliser des rebuts de tapis, de serviettes, du vinyle ou des tuiles de prélart comme recouvrement. Il faut toujours vérifier si le furet grignote une partie du revêtement pour enlever les morceaux ou carrément le remplacer par un autre type de matériel moins attrayant.

Litière : 

Les furets sont des animaux qui peuvent être entraînés à la propreté. On peut mettre une à deux litières dans la cage, assez loin du coin nourriture. Des bacs spéciaux pour furet sont en vente dans les magasins spécialisés : ils sont plus hauts dans un coin.

On de devrait jamais mettre de la litière agglomérante dans une litière de furet. Ce petit animal aime plonger le nez dans le sable et pourrait bloquer ses voies respiratoires ou ses voies digestives en inspirant/ingérant ce type de litière. Les litières acceptables sont la litière de papier (comme Yesterday's news), la litière de maïs concassée ou la litière spécialisée pour furet. Ne jamais mettre de copeaux de pin ou de cèdre, ils contiennent des huiles aromatiques toxiques pour les furets.

Le coin alimentation : 

Des bols en plastique très épais, en métal ou en céramique sont à privilégier pour éviter que le furet ne les détruise. Deux sources d'eau devraient être disponibles dans la cage, un bol et un biberon par exemple.

Coin de repos :

Le repos du furet

Les furets aiment se cacher et dormir dans des endroits confortables et étroits. Ils apprécient les hamacs et les «niches» en tissus, pouvant jouer le rôle d'une tanière. Le matériel du coin de repos devrait être résistant, facilement lavable ou remplaçable. S'il grignote des morceaux de tissus, enlever les morceaux qui se détachent pour ne pas qu'il l'avale et souffre d'un blocage.

Jouets : 

Les furets apprécient les petites balles, les tuyaux et les jouets suspendus. Les boutiques spécialisées regorgent de petites trouvailles. Attention ! Pas de rouleau de papier hygiénique ou essuie-tout! Ils sont très étroits et pourraient étouffer votre furet. Éviter aussi les balles en styromousse, qui se déchiquettent et s'ingèrent facilement.

La cage : son entretien

Une fois par semaine : Laver la cage en entier à l'eau chaude et au savon à vaisselle, de même que les litières, les bols et la bouteille d'eau. Ne pas utiliser de produits du genre Lysol, Vim ou Hertel : ceux-ci sont trop forts et toxiques pour le furet. Si une désinfection plus poussée est requise (lors de maladie) vous pouvez utiliser un mélange d'eau chaude et d'eau de javel (environ 2% d'eau de javel dans 98% d'eau). Rincer à fond et bien sécher.
Laver tous les tissus à la machine avec un savon sans parfum ou pour bébé, beaucoup de l'odeur du furet sera ainsi éliminée. Ne pas utiliser d'assouplisseur à tissus en feuille pour votre furet, leurs voies respiratoires peuvent facilement être irritées en étant en contact avec ce genre de produits.

Une à deux fois par jour : Rincer les bols de nourriture et d'eau ainsi que le distributeur d'eau «biberon» et vider la litière de l'urine et des selles du jour.

D. L'alimentation du furet

I- Nourriture naturelle du furet

Dans la nature, le furet est un carnivore strict au même titre que le chat. Il se nourrit donc de proies qu'il a lui-même abattues, comme de petits mammifères et des oiseaux. Cette caractéristique est importante : cette diète comporte une grande quantité de protéines et de gras, mais une très faible proportion de fibres et de glucides. Un furet ne devrait donc jamais manger de sucre et le moins possible de fibres. Les proies, par leurs os et le contenu de leur système digestif, fournissent aussi vitamines et minéraux au furet, qui doit en retrouver suffisamment dans sa ration d'animal captif.

II- La nourriture du furet

Ce dont il faut se souvenir :
- Carnivore strict avec transit intestinal très rapide
- Besoins alimentaires qui ressemblent à ceux du chat
- Besoins en calorie : 200-300kcal/kg/jour et 30% de plus lors de la croissance ou si très actifs.

Première option (et la plus simple) : Diète spéciale pour furet
Une moulée de bonne qualité devrait être :
- Riche en protéines de bonne qualité (30-45%)
- Riche en matières grasses (15-20%)
- Faible en hydrates de carbone complexes
- Relativement faible en fibres (<2%)
Recommandation: Totally Ferret, Zupreem («grainfree»)

**Attention, une diète trop forte en matière végétale augmenterait les risques de calculs dans la vessie. Un furet devrait avoir accès à de la nourriture en petites quantités, mais souvent.

Deuxième option (si impossible d'avoir accès à de la nourriture pour furet) : moulée pour chat faible en fibres (comme la C/D de Hill's) ou une moulée pour chaton. ** Plus le furet avance en âge, moins cette diète est appropriée.

** Une diète ayant un taux de fibre trop élevé est associée avec des diarrhées chroniques chez le furet.

E. L'hygiène et les soins du furet

Les conseils suivants sont très importants. Un manquement à l'hygiène du furet peut mener à des problèmes de santé. De plus, un suivi régulier permet de détecter des maladies beaucoup plus tôt et augmente donc les chances de guérison de notre animal. Pour toute question précise, il vaut mieux communiquer avec la clinique vétérinaire qui soigne votre furet. Les professionnels de la santé animale sont les mieux placés pour vous aider à trouver une solution.

I- L'exercice

Le furet adore les tuyaux

Un furet en bonne santé devrait avoir environ 4 heures de liberté par jour, dont au moins 2 heures en compagnie de son maître ou d'un autre furet (ou même d'un chat). Lors de cette mise en liberté, il est bon de fournir des jeux au furet, comme de petites balles, des tuyaux, etc. Certains furets adorent se faire arroser avec un vaporisateur, mais attention ce n'est pas le cas de tous.

La principale chose à garder en tête lors de la mise en liberté de cet animal est que celui-ci est très curieux et qu'il se glissera probablement dans le moindre trou, la moindre fissure qu'il trouvera, et à des endroits où vous n'auriez jamais pensé qu'il puisse se glisser (réfrigérateur, cuisinière, porte, sécheuse, toilette). Il peut se blottir dans le mécanisme de remonte pieds d'un fauteuil et y mourir coincé lorsque le mécanisme est actionné. En gros, cela veut dire que la mise en liberté doit être surveillée en tout temps, à moins d'avoir une pièce à l'épreuve du furet où il peut être enfermé.

Plusieurs produits sont toxiques pour ce petit animal, dont plusieurs plantes et pots-pourris (s'assurer qu'il n'y a pas accès). Faites aussi attention aux fils électriques : ils exercent sur le furet un attrait non négligeable.

On déconseille de laisser le furet libre en tout temps. Premièrement, son transit intestinal ne lui permet pas de se retenir longtemps. Il peut donc faire passablement de dégâts en déféquant ou en urinant. D'ailleurs, il est préférable de mettre 2 litières à sa disposition pendant sa période de liberté. Deuxièmement, il est dans sa nature de gratter et de chercher à creuser : les coins de murs avec tapis en souffrent facilement, de même que les divans, qu'il cherchera à percer pour s'en faire une cachette. Troisièmement, il est extrêmement dangereux d'avoir un furet en liberté avec de jeunes enfants (et moins jeunes !). En effet, les vagissements d'un bébé ressemblent beaucoup aux cris d'un lapin et il y a quelques cas d'horreur rapportés ou un furet a tué un bébé dans son berceau.

Les furets ont tendance à mordre. Quand ils le font, il faut absolument éviter de les frapper ou de continuer comme si de rien n'était. La meilleure attitude à prendre est de les prendre par la peau du cou (comme un chaton), de les abaisser par terre en disant non fermement, puis reprendre le jeu après quelques secondes.
 

II- Le toilettage

Il est bon de brosser le furet tous les jours, surtout en période de mue (brosse pour chat). Il faut aussi vérifier les oreilles pour la présence de croûtes brunâtres (mites), et laver les dents une fois par semaine si possible avec une pâte adaptée aux furets.

Les griffes devraient être taillées avec un coupe-griffe de chat, environ une fois par 3 semaines.

On peut donner des bains au furet, mais jamais plus souvent qu'une fois par mois : cela enlèverait les huiles naturelles et la peau réagirait en dégageant une odeur plus forte. Pour le laver, s'assurer que l'eau est tiède et utiliser un shampooing pour furet, pour chat ou pour bébé. Il est important de bien sécher l'animal après son bain.
 

III- La manipulation du furet

- Avec douceur, main sous la poitrine en supportant l'arrière-train;
- Peau du cou
- Dans une serviette
- Distraire avec du Nutri-Cal
 

F. Les maladies du furet

I- Maladies dentaires

Le tartre et la gingivite, très fréquents, sont généralement sans symptôme au départ. Quand la maladie est très avancée, l'animal peut avoir très mauvaise haleine et avoir de la difficulté à manger. Pour réduire l'incidence de ce problème, le brossage de dents est fortement recommandé. Quand la maladie parodontale est trop avancée, il faut faire détartrer le furet chez le vétérinaire.
Un autre problème rencontré est la fracture des canines, qui peut survenir lors de batailles ou de mâchouillements excessifs. Si la fracture n'expose pas la pulpe de la dent, le furet peut très bien vivre avec une dent fracturée. Par contre, si la pulpe est exposée il faut la faire extraire par un vétérinaire.

2- Régurgitation et vomissements

La nausée se traduit en général par des bâillements et des frottements de la gueule avec les pattes. Il ne faut pas prendre ces signes à la légère : ils sont souvent un indice d'un problème sérieux. Aussi, en cas de vomissement, il vaut mieux être prudent et consulter un vétérinaire. En attendant le rendez-vous, il faut mettre l'animal à jeun et s'assurer qu'il reste bien hydraté. S'il ne boit pas, la condition est plus urgente, on peut lui donner de petites quantités d'eau au compte-gouttes en faisant bien attention de ne pas pousser le liquide au fond de la gorge.

Le problème le plus fréquent qui cause des nausées est l'ingestion d'un corps étranger ou la boule de poils. Le meilleur moyen de prévention est le laxatone en pâte 1-2 fois semaine (pour la boule de poils) et d'éviter les jouets fragiles (plastique, mousse).

D'autres problèmes de santé peuvent causer des nausées et/ou des vomissements : certaines tumeurs, gastro-entérites ou gastrite.

3- Diarrhée et entérite aiguë

Plusieurs facteurs peuvent causer de la diarrhée chez le furet et certaines causes sont plus fréquentes dans une tranche d'âge que dans l'autre. Comme il est très rare que l'on soit propriétaire de très jeunes furets (non sevrés) la plupart des diarrhées virales ne sont pas un problème fréquemment vu. Une seule diarrhée virale est importante à connaître, la diarrhée catarrhale épizootique (Green slime disease). L'agent de cette maladie est un coronavirus. La plupart du temps, cette maladie se déclenchera lors d'un contact avec un nouveau furet. Cette entérite est très contagieuse et déclenche des vomissements et une diarrhée abondante, verdâtre avec du mucus. Souvent le furet est abattu et fiévreux. Il refusera souvent de manger et de boire ce qui peut aggraver très vite son état. Un furet atteint d'une telle diarrhée doit donc obligatoirement être vu par un vétérinaire.

Les bactéries sont une autre cause de diarrhée. Les signes d'entérites bactériennes ressemblent beaucoup à ceux d'une diarrhée virale et sont traités de la même manière. Plusieurs agents peuvent être en cause, dont la salmonellose qui est une maladie transmissible à l'homme (zoonose).

Comme le furet aime mâchouiller tout ce qu'il trouve, il est aussi très fréquent de voir des diarrhées causées par l'ingestion de nourriture avariée (poubelle). Ces indigestions peuvent mener à des entérites bactériennes et doivent également être suivies par un vétérinaire.

Les parasites internes causent aussi souvent de la diarrhée. Par contre, le furet conservera son appétit et son attitude sera normale. On peut parfois voir une perte de poids et un poil plus terne lorsqu'il y a présence de parasites intestinaux. Lors d'un examen pour diarrhée, il est préférable d'apporter un échantillon de fèces pour analyse (présence ou non de parasite et type).

4- Perte de condition ± diarrhée chronique et déshydratation

Un furet en santé devrait conserver un pelage brillant, un poids santé et une attitude alerte et enjouée ainsi qu'un bon appétit. Si ce n'est pas le cas, il est probable qu'il y ait un problème de santé pouvant évoluer vers quelque chose de sérieux.

La première chose à vérifier est que l'environnement et l'alimentation de notre furet lui soient bien adaptés. Si la nourriture est adéquate, que l'eau et son environnement sont propres et que le furet peut sortir régulièrement, une maladie est à soupçonner.

Un problème commun du furet est la gastrite chronique, qui est causée par une bactérie (Helicobacter mustelae) capable de survivre à l'acidité de l'estomac. On rencontre plus souvent ce problème chez de jeunes animaux ayant subi un stress. Si votre furet fait de la zoothérapie, il est à risque de développer ce genre de problème. Un des signes qu'on voit souvent est la présence de fèces noirâtres (présence de sang digéré).

5- Maladies des voies respiratoires

Les signes de difficultés respiratoires sont une fréquence respiratoire augmentée, des bruits anormaux lors de la respiration (sifflements, râles), des écoulements nasaux, de la toux ou des éternuements. Plusieurs virus et bactéries peuvent amener des pneumonies, des rhinites, trachéites et bronchites. Un trauma ayant causé des dommages aux poumons ou un trouble cardiaque peut aussi causer des troubles respiratoires. Tous ces signes méritent une visite chez le vétérinaire.

Deux virus respiratoires importants à connaître : Le Distemper et l'Influenza.
Le Distemper est un virus affectant une multitude d'animaux, comprenant les chiens et les furets. La contamination se fait par contact avec des sécrétions d'un animal malade ou par aérosol. Le taux de mortalité est d'environ 100%. Il est donc primordial de vacciner les furets pour cette maladie. Les signes du Distemper comprennent : sécrétions oculaires et nasales muco-purulentes, dermatite autour des lèvres, du périnée et hyperkératose aux coussinets, fièvre, anorexie et abattement.

Les signes d'infection au virus d’Influenza sont : écoulement séreux, fièvre, perte d'appétit, abattement. La contamination se fait par contact avec d'autres furets ou par l'homme : c'est une zoonose très contagieuse, mais pas mortelle (sauf chez les très jeunes furets).

6-Maladies cardiaques

Les maladies cardiaques sont souvent vues quand le furet atteint un âge plus avancé. Les signes sont souvent peu spécifiques : perte de poids, léthargie, problèmes respiratoires et faiblesse du train postérieur. Un problème cardiaque se guérit rarement, et le diagnostic est plus coûteux (radiographies, ECG, échocardiographie).

Le vers du coeur peut également atteindre les furets. Cette infection devient plus fréquente avec les changements de température et le furet est particulièrement sensible à ce vers, car aussi peu que 2 nématodes peuvent causer des symptômes. Le vers du coeur peut se traiter, mais le traitement comporte également sa part de risque. Mieux vaut prévenir que guérir !



7- Problèmes cutanés

Il est très fréquent de voir des furets avec des problèmes de poils et de peau. Si certaines de ces conditions sont bénignes, d'autres sont le signe de maladies très sérieuses.

Le furet peut avoir une chute de poils subite et importante aux changements de saisons. Cette perte de poils sera surtout visible au niveau de la queue et des régions inguinales et périnéales. On attribue cela à un rythme hormonal, et ce même si les furets sont stérilisés.

Ces pertes de poils, bien que bénignes, doivent être observées avec soin, car cela peut être le signe d'une maladie sérieuse : l'hyperadrénocorticisme. Cette maladie est assez fréquente chez les furets en Amérique du Nord. 1/3 des furets atteints auront des démangeaisons et une perte de poils. Ils pourront également démontrer une enflure de la vulve chez les femelles (très fréquent) et une difficulté à uriner chez les mâles (plus rare). Une tumeur est à l'origine de ces symptômes. La meilleure option de traitement est chirurgicale (assez coûteux), mais il est également possible d'administrer de la médication pour contrôler les signes cliniques (médication à vie).

Un autre désordre hormonal pouvant apporter des signes cutanés est l'hyperoestrogénisme, rencontré chez les femelles intactes (donc très rare au Québec), amène une perte des poils et une enflure de la vulve.

Le furet, tout comme nos autres animaux de compagnie, peut également souffrir de la teigne (champignon zoonotique), d'infection cutanée d'origine bactérienne, etc.


8- Parasites externes

On rencontre principalement 3 parasites externes chez le furet : les puces, les mites d'oreilles et la gale sarcoptique.

Les puces causent des démangeaisons, elles sont visibles à l'oeil nu (petit insecte noir) et laissent des déchets noirâtres devenant brun rouille lorsqu'ils sont mouillés. Le traitement est simple, mais assez long.

Les mites d'oreilles sont très communes chez le furet et il n'y souvent pas de signes cliniques. Le traitement est le même que pour les puces.

La gale sarcoptique est beaucoup plus rare, mais c'est une zoonose. L'humain par contre ne peut pas recontaminer le furet. Les furets présentent des rougeurs, des croûtes et des démangeaisons aux pattes. Le traitement est un vermifuge.


9- Problèmes urinaires

Les problèmes urinaires sont le plus souvent rencontrés chez les mâles. Deux conditions sont les plus fréquentes : l'hypertrophie de la prostate et les lithiases urinaires (pierres à la vessie). Les symptômes d'un problème urinaire comprennent l'augmentation de la fréquence des mictions et la diminution du volume des urines, de la douleur lors des mictions ou des mictions dans des endroits inhabituels. Il est également possible de voir du sang dans les urines.

L'hyperplasie de la prostate est la cause la plus fréquente. La prostate obstrue l'urètre et entraîne des difficultés à uriner. Certains traitements sont disponibles, de même que la chirurgie (plus coûteux).

Les lithiases urinaires sont de moins en moins fréquentes et étaient souvent dues à une diète mal appropriée (nourriture de chien ou de chat). Les lithiases peuvent entraîner un blocage urinaire (le furet n'est plus du tout capable de vider sa vessie) et ainsi mettre sa vie en danger : c'est une URGENCE qui doit être réglée chez le vétérinaire.

10-Cancer

Le furet peut souffrir de plusieurs cancers. Les 2 cancers les plus importants sont l'insulinome et le lymphome.

L'insulinome est une tumeur du pancréas qui rend l'animal hypoglycémique (faiblesse généralisée et nausées). Cette tumeur apparaît généralement à partir de l'âge de 3 ans.

Le lymphome est un grand imitateur et les symptômes sont assez vagues (nausées, perte de condition, faiblesse, problèmes respiratoires). Il peut atteindre les furets de tout âge.


G. Les zoonoses

La zoonose la plus importante à retenir est la rage. Cette maladie virale est transmise par la morsure d'un animal infecté ou par la salive de celui-ci sur une plaie. La rage peut avoir une période d'incubation très longue et les symptômes peuvent être très subtils : paralysie, salivation, léthargie, agressivité, changement de comportement, vocalisation. **Rage ne rime pas toujours avec agressivité. Tout animal doit être vacciné contre la rage et si votre furet a été mordu par un animal dont le statut vaccinal est inconnu il est important de contacter votre vétérinaire.

Les autres zoonoses ont été mentionnées plus haut (gale sarcoptique, salmonellose, influenza et la teigne).


H. Médecine préventive


1. Chirurgies

Les chirurgies sont habituellement faites dans les fermes d'élevage. Elles doivent être faites avant l'âge de 8 mois pour éviter les problèmes hormonaux.


2. Suivi annuel

L'examen de santé chez un vétérinaire devrait être fait tous les ans chez les furets de moins de 5 ans et tous les 6 mois chez ceux plus âgés. L'examen annuel permet de déceler des signes précoces de problèmes de santé.


3. Vaccination

Deux vaccins obligatoires pour le furet : le vaccin contre la rage et contre le distemper. Le vaccin de la rage est donné une fois par an à partir de l'âge de trois mois. Celui du Distemper doit aussi être donné tous les ans. Cependant, les premières vaccinations nécessitent 3 doses données à 3 semaines d'intervalle si le furet à moins de 14 semaines, et 2 doses à 2 semaines d'intervalle si le furet à plus de 14 semaines lors de sa première vaccination.


4. Prévention contre les vers du coeur